La vie sous Daech

Les civils en fuite et les commerces en difficulté sont ciblés – La vie sous daech

Un camp de personnes déplacées situé en dehors de Raqqa a été attaqué et incendié. Le 15 avril [2017], des combattants de daech sont entrés dans un camp de personnes...

Un camp de personnes déplacées situé en dehors de Raqqa a été attaqué et incendié. Le 15 avril [2017], des combattants de daech sont entrés dans un camp de personnes déplacées (PDI) érigé en dehors de Raqqa et ils y ont mis le feu après avoir forcé les PDI à retourner dans la ville. De nombreuses PDI proviennent de la ville de Raqqa mais, d’après certaines informations, elles se sont installées dans le camp par peur d’être utilisées comme des boucliers humains pendant les frappes aériennes. En désespoir de cause pour contrer les possibles tentatives de fuite en dehors du territoire sous son contrôle, daech a autorisé les PDI à rassembler autant de leurs biens que possible avant de les évacuer et de mettre le feu au camp. Alors que daech n’a pas été capable dans le passé d’endiguer complètement le flux des habitants fuyant le territoire sous son emprise, ces politiques ne feront que compliquer davantage la situation des civils, car ils sont pris entre les méthodes draconiennes de daech pour empêcher la fuite des habitants et les tentatives souvent mortelles de daech d’utiliser les habitants comme des boucliers humains pendant les frappes aériennes.

Le Bureau de la Zakat impose les dons obligatoires dans la province de Deir ez-Zor et dans la ville d’Al-Tabqa. Les 13 et 14 avril [2017], le Bureau de la Zakat (aumône) de daech a informé les commerçants exerçant dans le territoire contrôlé par l’organisation terroriste et dans les villes de Deir ez-Zor et d’Al-Tabqa, qu’ils devraient bientôt faire des « dons », soi-disant pour que daech les distribue aux nécessiteux. Ces dons forcés, cumulés avec les impôts et les amendes infligés depuis des mois, ont acculé de nombreux habitants et commerces à leurs limites financières en engendrant un fort ressentiment contre daech. L’utilisation de la Zakat, qui est un des cinq piliers de l’Islam, pour collecter cyniquement des fonds pour les propres intérêts de daech, peut continuer à fragiliser le récit de la légitimité religieuse de l’organisation terroriste.