La vie sous Daech

Crise immobilière croissante à Raqqa – La vie sous daech

Daech augmente les défenses de la ville de Raqqa. Le 22 mars [2017], daech a placé des positions de sniper partout dans la ville de Raqqa, en particulier près des routes...

Daech augmente les défenses de la ville de Raqqa. Le 22 mars [2017], daech a placé des positions de sniper partout dans la ville de Raqqa, en particulier près des routes principales. Ces snipers assurent maintenant une surveillance constante des routes qui mènent à la ville tout en empêchant la fuite des habitants de la ville, qui est un crime capital. Selon certaines sources, pour assurer le respect de ces ordres, daech utiliserait comme snipers des combattants étrangers n’ayant aucun lien avec la Syrie ou les résidents locaux. En outre, daech a ouvertement armé certaines familles de combattants de daech pour qu’elles se défendent elles-mêmes. Nous ne savons pas si ces familles seront appelées à combattre ouvertement, utilisées dans des attaques surprises contre les combattants des forces démocratiques syriennes (FDS) ou simplement armées à des fins de « légitime défense ».

En réponse à la crise du logement et à l’avance des FDS, daech continue à confisquer des maisons dans la ville de Raqqa. Le 24 mars [2017], daech a confisqué plus d’habitations dans et autour de la ville de Raqqa, en prenant le contrôle de maisons pour donner des logements aux familles des combattants et pour établir des centres de commandement. Daech justifie les confiscations en disant que les propriétaires des bâtiments vivaient en dehors du territoire contrôlé par daech et en forçant les occupants actuels à partir. Ces habitants doivent généralement chercher d’autres logements de plus en plus surpeuplés ou tenter l’option dangereuse de fuir le territoire contrôlé par daech. Cependant, même si ces nouveaux centres de commandement permettront probablement d’éviter temporairement que daech soit la cible des frappes aériennes, l’organisation terroriste doit encore résoudre le problème du nombre croissant des personnes déplacées et consacrer des ressources pour les garder dans le territoire sous son emprise.

Un enfant tué par une patrouille de daech au cours d’une course-poursuite dans les rues de Deir ez-Zor. Le 24 mars [2017], une patrouille de daech à Hatla (à 7 km à l’est de la ville de Deir ez-Zor) a poursuivi 2 garçons sur une moto, en tuant l’un d’entre eux après avoir renversé la moto. D’après certaines informations, les garçons avaient refusé d’obéir aux ordres de la patrouille qui leur demandait de s’arrêter. Cela a provoqué la course-poursuite à grande vitesse dans les rues de la ville. Finalement, la patrouille a rattrapé la moto et l’a renversée en tuant l’un des deux garçons. Le deuxième garçon se trouve toujours dans un état critique. Les combattants de daech pensaient probablement que la moto ou le conducteur et son passager étaient impliqués dans les activités anti-daech ou les précédentes tentatives d’assassinat, étant donné que des motocyclistes similaires avaient tué plusieurs membres de daech.