Contre-message

“Nous mourons pour rien” – reflections d’un français ayant déserté les rangs daech.

La Coalition mondiale a récemment pris connaissance d’une vidéo postée par le groupe anti-daech Ibn Awa (“chacal” en arabe). Cette vidéo montre Abou Omar al-Faransi, ancien combattant français de daech, qui a fui l’organisation, désenchanté par ses mensonges, sa brutalité et son absurdité. Les différents éléments factuels cités par Abou Omar nous permis d’établir l’authenticité de ses déclarations qui soulèvent plusieurs points importants concernant la vie sous daech.

“Nous sommes venus protéger la population syrienne mais nous en sommes venus à utiliser le peuple comme bouclier humain.”

Comme beaucoup d’autres combattants étrangers avant lui, Abou Omar a suivi ce qu’il a perçu comme étant un appel. Agé de 28 ans, ce jeune français a rejoint les rangs de daech, convaincu qu’il combattrait pour la protection du peuple syrien. Deux ans plus tard, sa désillusion est totale: “lorsque daech a réalisé qu’ils ne pourraient pas se mesurer aux forces de la coalition, ils ont fermé les frontières pour empêcher la population de fuir […] On en est venu à utiliser la population comme bouclier humain.”

“Il n’y a pas d’institutions, que des vitrines”

La brutalité de l’organisation n’est pas la seule source du malaise d’Abou Omar. “C’est l’anarchie totale […] pas d’organisation,” explique l’ex-étudiant. Dans cette vidéo, il évoque son expérience de la “pseudo formation militaire” qui lui a été délivrée avant d’être utilisé comme “chaire à canon” dans des batailles dont daech ne se préoccupait même pas, une référence aux combats menés contre les Pechmergas kurdes. Abou Omar décrit la vie sous daech en termes clairs: la police islamique est moralement corrompue, il n’y pas de système éducatif viable et pas de perspectives d’avenir. Selon lui, le manque de projet politique à long terme est lié au fait que daech n’est qu’une “entreprise tribale irakienne. C’est des gens qui roulent pour eux-mêmes.”

“Il n’y rien d’islamique dans l’EI. Vous n’avez aucun interêt à venir ici.”

Comme le dit Abou Omar au début de sa vidéo, sa décision de rejoindre daech fût motivée par une “envie spirituelle.” Le jeune home à toutefois rapidement réalisé qu’il n’y avait pas grand chose d’Islamique dans cette organisation. “Il sont dans une démarche complètement nationaliste. Rien à voir avec ce pourquoi on est venus, donc en fait, on meurt pour rien.” Abou Omar poursuit sa critique en remarquant que daech se contente de répéter “les pratiques standard des partis baathistes.” Pour lui, aucune justice sociale n’existe dans le territoire de daech: “c’est la loi du plus fort: l’irakien au niveau de la loi est au dessus de tout le monde, après ce sont les emirs […], après c’est l’homme qui est au dessus de la femme, et après c’est le musulman qui est au dessus de l’esclave.”

Abou Omar conclut en déconseillant ceux qui sont encore tentés de rejoindre daech de venir en Syrie: “j’ai jamais vécu l’humiliation, l’injustice, la ségrégation de toute ma vie comme je l’ai vécu à daoula [daech],[…] vous n’avez aucun intérêt à venir ici, restez chez vous pratiquer votre religion.”